Retour sur les quatre inculpations de génocide en fin d’instruction

 



Le 17 août 2009, un groupe de Chams venu assister au procès de Duch entame sa prière après les ablutions de rigueur. Le splus hauts dirigeants khmers oruges encore en vie viennent d'être inculpés de génocide contre ces Cambodgiens musulmans. (Anne-Laure Porée)
Le 17 août 2009, un groupe de Chams venu assister au procès de Duch entame sa prière à l'extérieur de la salle d'audience. Les plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie viennent d'être inculpés de génocide contre ces Cambodgiens musulmans. (Anne-Laure Porée)




Mercredi 16 décembre 2009 :

Une inculpation tardive mais sans surprise

Il aura fallu plus de deux ans d’enquête aux juges d’instruction avant d’inculper de génocide Ieng Sary, 84 ans, et l’ancien bras droit de Pol Pot, Nuon Chea, 83 ans. Jusqu’ici les deux hommes étaient poursuivis pour crimes contre l’humanité et violations graves des Conventions de Genève.
La qualification de génocide est retenue pour le cas des Vietnamiens et des Chams, une population cambodgienne de religion musulmane ayant sa propre langue.
A Phnom Penh, la nouvelle n’a pas surpris. L’avocat cambodgien de Ieng Sary a déclaré que son équipe s’opposerait à ces nouvelles charges. Un des arguments récurrents de la défense consiste à expliquer que ces populations étaient ciblées en tant qu’ennemis politiques.
Du côté des parties civiles, Olivier Bahougne, qui représente près de 250 Cham, considère que l’inculpation de génocide était un minimum. Il rappelle que ses clients, stigmatisés par les Khmers rouges, ont dû changer leur nom, abandonner leurs pratiques religieuses et leur langue.
La surprise, c’est plutôt que Khieu Samphan, ancien président du Kampuchéa démocratique, ne soit pas poursuivi pour les mêmes faits. Les juges d’instruction ont prévu de le rencontrer d’ici le début de la semaine prochaine, ainsi que Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales khmère rouge. Peut-être pour une inculpation de génocide.


Vendredi 18 décembre 2009 :

Au tour de Khieu Samphan

Après Ieng Sary et Nuon Chea, un troisième ex-Khmer rouge vient d’être inculpé de génocide, il s’agit de Khieu Samphan, qui a été à le tête de l’Etat entre 1976 et 1979. Pendant cette période, plus du quart de la population cambodgienne a péri, mort de faim, de fatigue, de maladie ou victime d’exécution.
Les juges d’instruction ont notifié ce vendredi matin à Khieu Samphan, 78 ans, qu’il était inculpé de génocide en plus d’être accusé de crimes contre l’humanité et violations graves des conventions de Genève. Comme pour Ieng Sary et Nuon Chea, les faits de génocide concernent les Vietnamiens et les Chams, qui sont des Cambodgiens musulmans.
Khieu Samphan, qui a suivi une partie de ses études en France dans les années 50, a occupé les fonctions de chef de l’Etat jusqu’à la chute du régime khmer rouge en 1979. Resté fidèle au mouvement, il ne fait allégeance au gouvernement cambodgien que fin 1998, huit mois après la mort de Pol Pot.
Son avocat français, et ami, Jacques Vergès, déclarait mardi 15 décembre que Khieu Samphan incarne « le mythe du bouc-émissaire ». Il répète volontiers que les puissances occidentales sont responsables de ce qui s’est passé au Cambodge.
Khieu Samphan, lui, clame qu’il ignorait la réalité du Kampuchéa démocratique et qu’il n’a jamais eu d’autre volonté que de défendre l’indépendance de son pays.
La semaine prochaine, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales, doit rencontrer les magistrats. Peut-être pour être elle aussi inculpée de génocide dans un procès attendu début 2011.


Lundi 21 décembre 2009 :

Ieng Thirith sur la sellette

L’inculpation pour génocide de Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales khmère rouge s’inscrit dans la logique de l’inculpation la semaine dernière de Ieng Sary, ancien ministre des Affaires étrangères, Nuon Chea, ex-bras droit de Pol Pot, et Khieu Samphan, ancien chef de l’Etat khmer rouge. Portrait de la moins connue de ces responsables khmers rouges.
A 77 ans, Ieng Thirith, reste la plus jeune et la plus en forme des quatre anciens dirigeants khmers rouges en détention provisoire depuis deux ans à Phnom Penh. Epouse de Ieng Sary, ex-ministre des Affaires étrangères, et belle-sœur de Pol Pot, elle était une des deux femmes ministres du Kampuchéa démocratique. Chargée des Affaires sociales, elle connaissait la situation sanitaire de la population, en particulier la famine.
Pourtant, en 1980, après la chute du régime, cette petite femme au fort caractère, qui porte toujours de grosses lunettes, affirme sans ciller que la famine avait été une arme des Vietnamiens pour exterminer le peuple cambodgien. Elle assure que les Khmers rouges ont pris soin de la population, or les survivants ne manquent pas pour témoigner du contraire.
Cette diplômée en littérature anglaise de la Sorbonne, spécialiste de Shakespeare, a laissé un souvenir cuisant lors de sa dernière apparition au tribunal en février. Niant toute responsabilité de crimes contre l’humanité, elle a apostrophé les procureurs en leur promettant l’enfer s’ils continuaient à la traiter de meurtrière.

5 Replies to “Retour sur les quatre inculpations de génocide en fin d’instruction”

  1. Mes remerciements à Anne-Laure Porée !
    Les infos sur le tribunal des Khmers rouges deviennent une denrée rare.

    Maintenant, il faut attendre 2011 et encore ?
    Mais, je reste malgré tout partisan de ce tribunal. C’est de notre devoir d’amener ces grands criminels à la barre.

  2. comment Khieu Samphan peut il affirmer qu’il ne connaissait pas les agissemnts du Kampuchéa … on reste perplexe la dessus. Quant à Ieng Thirith
    j’espère bien qu’elle aussi aura le meme chef dd’incupation génocide, elle y était aussi. Merci Anne laure Porée, pour ces articles, nous attendons la suite avec impatience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *