Procès des Khmers Rouges Kampot by Cleho
à propos s'inscrire repères chronologie archives

Bibliographie


Ouvrages généraux

BECKER Elizabeth, Les larmes du Cambodge, Presse de la Cité, 1988.

CHANDLER David
S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges, Editions autrement Frontières, 2002.
A history of Cambodia, Boulder (Col.) ; San Francisco (Cal.) ; Oxford : Westview press, 2000.
Facing the Cambodian Past : Selected Essays 1971-1994, Chiangmai, Silkworm Books, Sydney, Allen and Unwin, Seattle, University of Washington Press, 1996.
Pol Pot : Frère numéro un, Plon, 1993.
The tragedy of Cambodian history : politics, war, and revolution since 1945, New Haven, London, Yale university press, 1991.

CHANDLER David, FRINGS Viviane, Le socialisme et le paysan cambodgien. La politique agricole de la République Populaire du Kampuchéa et de l’Etat du Cambodge, L’Harmattan, 1997.

CHANDLER David, KIERNAN Ben, BOUA Chantou, Pol Pot Plans the Future : Confidential Leadership Documents from Democratic Kampuchea, 1976-1977, Yale University Southeast Asian Studies Monograph 33, New Haven, 1988.

CHANTRABOT Ros
La République khmère (1970-1975), L’Harmattan, 1993.
Cambodge, la répétition de l’histoire (de 1991 aux élections de juillet 1998), You-Feng, 2000.

CORREZE Françoise, FOREST Alain, Le Cambodge à deux voix, L’Harmattan, 1984.

COSTA René-Pierre, Le Cambodge : la décomposition !, Presse du Midi, 2002.

DEBRE François, Cambodge, la révolution de la forêt, Flammarion, 1976.





DERON Francis, Le procès des Khmers rouges, trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Gallimard, 2009.


HAMEL Bernard
Résistances au Vietnam, Cambodge et Laos (1975-1980), L’Harmattan, 1994.
Sihanouk et le drame cambodgien, L’Harmattan, 1993.
De sang et de larmes. La grande déportation du Cambodge, Albin Michel, 1977.

HEDER Steve
Avec Brian D.Tittemore, Seven candidates for prosecution, Accountability for the crimes of the Khmer rouge, Documentation Center of Cambodia, 2004.
Pol Pot and Khieu Samphan, Clayton (Australie), Monash University, Centre of Southeast Asian Studies, Working Paper 70, 1991.
Avec Judy LEGERWOOD, Propaganda, Politics and Violence in Camdodia, Armonk, N. Y., M. E. Sharpe, 1996.

JENNAR Raoul M., Les clés du Cambodge. Faits et chiffres, repères historiques, profils cambodgiens, cartes, Maisonneuve & Larose, 1995.

KANE Solomon, Dictionnaire des Khmers rouges, Aux lieux d’être, 2007.

KAONN Vandy
Cambodge 1940-1991 ou la politique sans les Cambodgiens, L’Harmattan, 1993.  
Cambodge : la nuit sera longue, FAC, 1996.

KEN Khun, De la dictature des Khmers rouges à l’occupation vietnamienne : Cambodge, 1975-1979, L’Harmattan, 1994.

KHAMBOLY Dy, A History of Democratic Kampuchea, (1975-1979), Documentation Center of Cambodia, 2007.

KIERNAN Ben
Le génocide au Cambodge 1975-1979. Race, idéologie et pouvoir, Gallimard, 1998.
How Pol Pot came to power. A history of Comunism in Kampuchea (1930-1975), Verso, 1985.
The Easten Zone Massacres, Documentation Series n°1, New York, Colombia University Center for the Study of Human Rights, 1986.
Cambodge : Histoire et enjeux, 1945-1985, L’Harmattan, 1986.

Genocide and Democracy in Cambodia, Yale University, 1993.

LACOUTURE Jean, Survive le peuple cambodgien, Seuil, 1978.

LOCARD Henri, Le « Petit livre rouge » de Pol Pot : ou Les paroles de l’Angkar entendues dans le Cambodge des Khmers rouges du 17 avril 1975 au 7 janvier 1979, L’Harmattan, 1996.

LOCARD Henri, SONN Moeung, Prisonnier de l’Angkar, Fayard, 1993.

MARTIN Marine Alexandrine, Le mal cambodgien, Hachette, 1989.

NEPOTE Jacques, DE VIENNE Marie-Sybille, Cambodge : laboratoire d’une crise : bilan économique et prospective, C.H.E.A., 1993.

OSBORNE Milton, Before Kampuchéa, Orchid Press, 2004.

PANH Rithy (avec la collaboration de CHAUMEAU Christine), La machine de mort khmère rouge : Monti Santésok S-21, Flammarion, 2003.

PESCHOUX Christophe, Les « nouveaux » Khmers rouges : enquête, 1979-1990 : reconstruction du mouvement et reconquête des villages,

L’Harmattan, 1992.

PHANDARA Y., Retour à Phnom Penh. Le Cambodge du génocide à la colonisation, Anne-Marie Métailié, 1982.

PROCHEASAS, Cambodge, population et société d’aujourd’hui, L’Harmattan, 2005.

RICHER Philippe
L’Asie du Sud-Est – Indépendances et communismes, PUF, 1982.
Le Cambodge : une tragédie de notre temps, Presses de Sciences po, 2001.

ROCHIGNEUX Grégoire (ss la dir. de), Cambodge soir. Chroniques sociales d’un pays au quotidien, collection Documents, IRASEC (Institut de

recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine), Les Editions du Mékong, Aux Lieux d’être, 2005.

SHAWCROSS William
Le poids de la pitié, Balland, 1985.
Une tragédie sans importance : Kissinger, Nixon, et l’anéantissement du Cambodge, Ballard, 1979.

SHER Sacha
Le Kampuchéa des « Khmers rouges » : essai de compréhension d’une tentative de révolution, L’Harmattan, 2004.
Le parcours politique des « Khmers rouges » : formation, édification, projet et pratiques : 1945-1978, Thèse sous la dir. de Stéphane Courtois, 2003.

SHORT Philippe, Pol Pot, Anatomie d’un cauchemar, Denoël, 2007.

SLIWINSKI Marek, Le Génocide khmer rouge, Une analyse démographique, L’Harmattan, 1995.

VICKERY Michael
Kampuchea – politics, economics and society, Allen & Unwin Australia, 1986.
Cambodia, 1975-1982, South End Press, 1984.


Articles, revues

BRUNETEAU Bernard, « Le génocide impuni au Cambodge » in Le siècle des génocides : violences, massacres et processus génocidaires de l’Arménie au Rwanda, Armand Colin, 2004, p. 149-188.

BURNET James, « Cambodge : la reconversion des khmers rouges » in Travail de mémoire, 1914-1998 : un mal nécessaire dans un siècle de violence, Autrement, 1999.

CAMBODGE SOIR, « 30 ans après, à quoi peut servir le procès ?» Numéro hors-série, sous la direction de POREE Anne-Laure, avril 2005.

Serge DANEY, « Cambodge : la plaie khmère rouge » in Ethique, esthétique, politique. Rencontres Internationales de la photographie, Actes Sud, 1997 (extrait d’un article de Libération du 25 juillet 1989).

KIERNAN Ben
« Génocide au Cambodge » in Histoire, n°223, juillet-août 1998, pp. 90-91.
« Le génocide cambodgien : la part du racisme » in Histoire, n° 248, novembre 2000.
« Le communisme racial des Khmers rouges. Un génocide et son négationnisme : le cas du Cambodge » in Esprit, n°252, mai 1999, p. 93-127.

PHAY-VAKALIS Soko
« Rithy Panh, la parole filmée comme aveu du génocide », in Art Absolument, n°7, hiver 2003.
« Le génocide cambodgien : justice et déni », in Etudes, n°4083, mars 2008.  
« Le génocide cambodgien : déni et controverse » in Les dénis historiques, dir. Pierre Bayard, Laurence Teper, 2008.

RETCHMAN Richard
« Aspects historiques et anthropologiques de la période khmère rouge au Cambodge : 1975-1979 », in J. Gillibert & P. Wilgowicz (Eds.), L’ange exterminateur, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1993, p. 213-236.
« Altérité suspecte et identité coupable dans la diaspora cambodgienne » , in E. Benbassa & J.-C. Attias (Eds.), La Haine de soi. Difficiles identités, Éditions Complexe, 2000, p. 173-188.
« Trauma, culture et subjectivité chez les réfugiés cambodgiens », in Cahiers intersignes(14/15), 2001, p. 205-216.
« Produire du témoignage. A propos du film de Rithy Panh : S 21, la machine de mort khmère rouge » in L’histoire trouée. Négation et témoignage, sous la dir. de Catherine Coquio, l’Atalante, 2003, pp. 614-624

SLIWINSKI Marek, « Déportation et extermination au Cambodge. Pour une théorie générale du génocide » in COQUIO Catherine (sous la dir. de), Parler des camps, penser les génocides, coll. Autrement, Albin Michel, 1999, p. 245-263.


Témoignages

AFFONSO Denise, La digue des veuves, Presse de la Renaissance, 2005.

BIZOT François, Le portail, Folio, Editions de la Table Ronde, 2000.

CHANRITHY Him, When broken glass floats : growing up under the Khmer Rouge, 2001.

CHEA Hour, Quatre ans avec les Khmers Rouges, Tchou, 2007.

CHUTH Khay, Comment j’ai menti aux Khmers Rouges, L’Harmattan, 2004.

DITH Pran, Children of Cambodia’s killing fields : memoirs by survivors, New Haven, 1997.

HUDSON Christopher, La déchirure, Cambodge, 1973-1979, Presse de la Cité, 1985.

KOCH Christopher, Les rizières rouges, 2001.

KHIEU Samphân, L’histoire récente du Cambodge et mes prises de position, préf. Jacques Vergès, L’Harmattan, 2004.

LAM Tranm, La survivante : la guerre des autres, Stanké, 2002.

UNG Loung, D’abord, ils ont tué mon père, Plon, 2002.

LY Claire, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps Khmers rouges, Les Editions de l’Atelier/Les Editions Ouvrières, 2002.

NGOR Haing, WARNER Roger, Une odyssée cambodgienne, Fixot, 1988.

NORODOM Sihanouk
Chroniques de guerre… et d’espoir, préf. de Gérad Brissé, Hachette, 1979.
Souvenirs doux et amers, Hachette, 1981.
collab. avec LACOUTURE
Simonne, Prisonnier des Khmers Rouges, Hachette, 1986.

ONG Thong Hœung, J’ai cru aux Khmers rouges. Retour sur une illusion, Buchet/Castel, 2003.

PECH METRAL Méas, Cambodge, je me souviens, HB, 2003.

PHCAR Malay
avec GUIHENEUF Yves, L’enfer khmer rouge : une enfance au Cambodge, L’Harmattan, 1997.
Une Enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980, Robert Laffont, 2005.

PICQ Laurence, Au-delà du ciel : cinq ans chez les khmers rouges, B. Barrault, 1984.

PIN Yathay
L’utopie meurtrière. Un rescapé du génocide cambodgien témoignage, Complexe, 1990.
Tu vivras mon fils, éditions de l’Archipel, 2005.

PONCHAUD François, Cambodge, année zéro, Paris/Pondichéry, Kailash, 1998.

SAR Somanos, Apocalypse khmère, Picollec, 2003.

SZYMUSIAK Molyda, Les pierres crieront : une enfance cambodgienne, 1975-1980, préf. de Jean-Marie DOMENACH, La Découverte, 1988.

VANN Nath, A Cambodian Prison Portrait, One year in the Khmer Rouge’s S-21, White Lotus, 1998.

YI Tan Kim Pho, SIMON-BAROUH Ida, Le Cambodge des Khmers rouges : chronique de la vie quotidienne, L’Harmattan, 1990.


Théâtre

CIXOUS Hélène, L’histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge, Théâtre du Soleil, 1985.

DOUC Randal, Les hommes désertés, L’Harmattan, 2004.


Bandes dessinées

SÉRA
Impasse rouge, Rackham, 1995.
L’eau et la terre, Delcourt, 2005.
Lendemains de cendres, Delcourt, 2007.

en bref

Ieng Thirith est morte

dimanche 23 août 2015

L’ancienne ministre des Affaires sociales du Kampuchea démocratique et ex-belle-sœur de Pol Pot, est décédée samedi 22 août à 10h30 à Païlin à l’âge de 83 ans. Elle avait été poursuivie dans le procès 002 aux côtés de son mari Ieng Sary (mort en mars 2013), Nuon Chea et Khieu Samphan pour génocide, crimes contre l’humanité et violations graves des conventions de Genève mais comme elle était atteinte d’une maladie dégénérative de type Alzheimer, elle avait été jugée inapte au procès et libérée en septembre 2012.

L’instruction en stand-by

mardi 17 janvier 2012

Après la démission du juge d’instruction Siegfried Blunk en octobre dernier, sous prétexte d’interférences politiques, aucun remplaçant n’a été nommé au côté du juge d’instruction cambodgien You Bunleng. La logique aurait été que le juge de réserve, le Suisse Laurent Kasper-Ansermet (en poste depuis décembre 2010), prenne le relais mais sa nomination du côté khmer, par le Conseil suprême de la magistrature tarde. La presse locale évoque un bras de fer engagé entre les Nations unies et le gouvernement cambodgien depuis plusieurs mois. Le juge Kasper-Ansermet estime que les raisons sont politiques car il est favorable à une instruction dans les très controversés cas 3 et 4. Pour la petite histoire, le juge You Bunleng qui refuse de collaborer avec le juge suisse tant qu’il n’est pas nommé officiellement par l’institution cambodgienne, siège justement au Conseil suprême de la magistrature…

Ieng Thirith : pas de libération, son état sera réévalué dans six mois

mardi 13 décembre 2011

La cour suprême avait prévenu qu’elle avait besoin d’un délai, elle a poussé jusqu’en fin de journée ce 13 décembre avant de rendre publique sa décision de ne pas relâcher Ieng Thirith et de réévaluer l’état de santé de l’accusée dans six mois. Pour rappel, la chambre de première instance avait considéré que Ieng Thirith n’était pas en état d’être jugée, compte tenu de sa santé (elle est atteinte d’une maladie de type Alzheimer) mais n’avait pu se déterminer sur quoi faire : la relâcher, la faire traiter pour tenter d’améliorer son état…
La cour suprême considère qu’un traitement médical doit être tenté sur une période de six mois, selon les recommandations du Pr Campbell. Elle déplore que toutes les mesures possibles n’aient pas été explorées pour améliorer la santé mentale de l’accusée.
La cour estime qu’une amélioration est peut-être accessible dans le temps nécessaire à la procédure. Si une hospitalisation est nécessaire pour l’administration du traitement, elle sera prise en charge par les CETC.
Le 13 décembre, une paysanne déclarait au tribunal : «Je ne comprends pas, j’ai beaucoup plus souffert de la faim que Ieng Thirith sous les Khmers rouges, j’ai beaucoup plus souffert de la faim qu’elle après les Khmers rouges, elle, elle mangeait bien avec les Khmers rouges. Pourquoi elle perd la mémoire et pas moi?» Pour nombre de Cambodgiens, la libération potentielle de Ieng Thirith serait incompréhensible.

CETC, demandez le programme !

mercredi 7 décembre 2011

La confusion régnait déjà le 6 décembre sur l’agenda de la cour, elle s’est prolongée ce mercredi 7 décembre. Klan Fit, partie civile venue du Ratanakiri, n’était pas en forme ce matin. Il n’a donc pas fini de répondre aux questions. Les juges sont passés à Romam Yun, autre partie civile venue du Ratanakiri. Mais après les questions du co-avocat principal des parties civiles et des co-procureurs, il était déjà midi, l’heure sacrée de la pause déjeuner. «Ahhhhh!» soupire alors le président Nil Nonn en regardant sa montre. «Le temps file et il reste encore beaucoup de choses à faire. Le déroulement de la procédure diffère un peu de ce que la chambre avait envisagé…»
Empêtré dans l’agenda ? Non… Le président décide, ça sauve les apparences. La défense n’a pas encore posé ses questions mais le président invite Romam Yun à revenir plus tard. Quand ? Aucune précision n’est donnée. Klan Fit devra revenir lui aussi. La défense ne l’a pas non plus interrogé. La priorité du jour est donnée à l’audition de Long Narin, qui a un état de santé fragile et qui doit être entendu en visio conférence.
En cas de problème, «quel est le plan B?», demande l’avocat de Nuon Chea, Andy Ianuzzy. Pas de plan B, tranche la juge Silvia Cartwright. «Il faut faire preuve de souplesse.»
La seule chose claire pendant ces deux jours c’est que l’accusation et les avocats des parties civiles cherchent à démontrer, par leurs questions, que la politique des Khmers rouges était en application dans les zones sous leur contrôle avant 1975.

La cour suprême ne tient pas les délais

mardi 6 décembre 2011

Cérémonie des 100 jours en hommage à Vann Nath. (Anne-Laure Porée)

Tandis que se déroule ce mardi la cérémonie des 100 jours en hommage à Vann Nath (photo), la cour suprême des CETC, qui avait promis un jugement final pour Duch avant la fin 2011 et l’a repoussé au 3 février 2012, accuse aujourd’hui un nouveau délai concernant Ieng Thirith. La cour suprême, saisie par le bureau des procureurs, avait quinze jours pour se prononcer sur le cas de l’ancienne ministre de l’Action sociale, que les magistrats de la chambre de première instance estiment inapte à être jugée. La cour suprême ne rendra pas sa décision dans le délai imparti, elle a repoussé à la date du 13 décembre en invoquant des «circonstances exceptionnelles». Le cas est complexe disent les juges…

archives des brèves