Procès des Khmers Rouges Kampot by Cleho
à propos s'inscrire repères chronologie archives
lundi 5 décembre 2011

L’audience de ce lundi 5 décembre 2011 était consacrée au contexte historique qui a précédé la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges. Nuon Chea, ex-bras droit de Pol Pot, a axé sa déclaration du jour sur la thématique de son entrée dans la résistance contre l’occupation coloniale puis contre les appétits vietnamiens. Les questions des juges ont commencé et se poursuivront demain.

La collectivisation de l'agriculture, une mesure planifiée dès 1972. (Direction du cinéma du Cambodge)

Le travail du tribunal a débuté par la lecture des passages de l’ordonnance de clôture consacrés au contexte historique, à savoir les dates clés qui permettent de reconstituer l’histoire du parti communiste du Kampuchea (PCK) dont l’existence officielle n’est reconnue qu’en septembre 1977. Voici les dates évoquées dans le texte des juges d’instruction.


Naissance du communisme au Cambodge
1930 : création du parti communiste indochinois (PCI) qui
1951 : le PCI est dissous. Le Laos, le Cambodge et le Vietnam constituent leur propre parti. Au Cambodge c’est le parti révolutionnaire du peuple khmer (PRPK).
1953 : indépendance du Cambodge.
1954 : conférence de Genève.
1960 : le PRPK devient parti des travailleurs du Kampuchea (PTK) au congrès du 30 septembre. Nuon Chea est secrétaire adjoint du parti.
1962 : le secrétaire du parti Tou Samouth est assassiné.


Pol Pot et Nuon Chea aux manettes
1963 : Pol Pot devient secrétaire général du parti. Nuon Chea reste secrétaire adjoint, il prend en charge les opérations du PTK à Phnom Penh et dans la plupart des zones pendant que les autres membres importants ont rejoint le maquis pour échapper à la traque policière.
1965 : résolution du parti sur le recours nécessaire à la violence révolutionnaire.
1966 : le PTK change encore de nom pour devenir le parti communiste du Kampuchea (PCK). Ce changement de nom reste secret jusqu’en 1971. Le Ratanakiri devient la base du PCK.
1967 : préparation du soulèvement armé.


Les débuts de la lutte armée
1968: Attaque du poste de Bay Ram le 17 janvier, le PCK date de cette attaque la naissance de l’armée révolutionnaire du Kampuchea (ARK).
1970 : coup d’Etat de Lon Nol et Sirik Matak le 18 mars. Sihanouk et le PCK s’allient et forment un gouvernement en exil (appelé le Grunk) proclamé le 5 mai. Les dirigeants du PCK quittent le Ratanakiri. Khieu Samphan est vice-Premier ministre et ministre de la Défense. Ieng Thirith est ministre de la Culture, de l’Education et de la Jeunesse. En décembre, Ieng Sary organise à Hanoï la radio du Front national uni du Kampuchea qui est placée sous l’autorité de sa femme Ieng Thirith.


Collectivisation de l’agriculture et déportations des citadins
1972 : en mai, la planification de la collectivisation de l’agriculture est approuvée et consigne est donnée pour intensifier la lutte contre «les classes oppressives».
1973 : la collectivisation de l’agriculture est mise en œuvre dans les zones contrôlées par les Khmers rouges.
1974 : attaque de Oudong le 3 mars par les Khmers rouges.
1975 : assaut en janvier contre Phnom Penh. 1er avril : chute de Neak Lœung. 17 avril : entrée des troupes khmères rouges dans la capitale.

3 Commentaires sur "D’où vient le PCK ?"

  1. […] « Article Précédent Lundi 5 décembre 2011 « Je ne veux pas que les générations futures […] pensent que les Khmers rouges sont des criminels » […]

  2. chum dit :

    anne-laure, tu as fait un énorme travail de documentation de l’histoire du PCK. ça perofitera aux historiens. Bravo et merci

  3. Sunny dit :

    L’histoire a donné du travail à Anne-Laure. Et maintenant chère Anne-Laure, pourriez-vous m’informer de la date précise de la nomination de l’Angkar en tant qu’organe dirigeant du PCK?

Laisser un commentaire